SAVONS-NOUS VRAIMENT CE QUE NOUS MANGEONS?

Pour plusieurs cultivateurs du Québec, c’est le temps des récoltes. Cette période de l’année nous amène à se poser la question suivante : savons-nous vraiment ce que nous mangeons ?

Nous retrouvons dans notre assiette une grande quantité d’éléments essentiels à la vie et à notre santé. Malheureusement, l’industrialisation alimentaire amène aussi son lot de problématiques tel que :

Pesticides, OGM, hormones, antibiotiques

Les pesticides sont utilisés afin de protéger les récoltes, mais malheureusement leurs impacts sur l’environnement sont importants. Que ce soit par la contamination des nappes d’eau, de l’air ou des effets sur la faune animale.

Les aliments génétiquement modifiés sont permis par la loi et aucune identification n’est requise. C’est-à-dire qu’il est difficile de les retracer. Leur impact sur la santé est variable mais l’impact sur la diversité agricole est indéniable.

Les hormones de croissance sont principalement utilisées dans l’industrie de production alimentaire animale. Contrairement à la rumeur populaire, les impacts sur l’humain ne sont pas aussi important dû au fait que la plupart de ces hormones sont naturelles et que leur taux est souvent moins élevé que dans d’autre produit comme le soya, le lait ou même la bière. Il est tout de même conseillé de limiter sa consommation d’aliments à haut taux d’hormones.

Les antibiotiques utilisés en mode préventif ou comme agent de croissance sont problématiques pour l’être humain. Ces derniers rendent certaines bactéries plus résistantes et le traitement de certaines infections comme E.coli, et C. difficile s’avère plus problématique à combattre.

Alors que doit-on mettre dans notre assiette ?

Les experts s’entendre pour dire que nous devons consommer plus de légumes, plus de protéines végétales, réduire la quantité de viandes et d’aliments transformés. Privilégiez la qualité à la quantité.

La solution : manger bio et local

Ainsi vous :

  • encouragez les producteurs locaux et du fait même, l’économie de votre région.
  • mangez des aliments sains et exempts de pesticide, antibiotique et autre produits dommageables pour la santé.
  • réduisez l’impact environnemental de votre assiette.
  • bénéficiez d’une alimentation saine.
  • participez à maintenir une diversité agricole locale et régionale.

 

Toujours garder en tête que plus c’est bon pour vous et plus c’est aussi bon pour la planète.

 

Le saviez-vous d’octobre portera sur les foyers et leur impact sur la qualité de l’air.