Ces femmes qui inspirent

Le domaine de la construction est souvent perçu comme un milieu d’hommes. Pourtant, nombre de femmes s’y démarquent et forgent le futur du secteur. Nous nous sommes entretenus avec Roula Abi-Ghanem, Ing., Vice-présidente du développement de projets, Annie Cloutier, contrôleur immobilier, Nathalie Fillion, CPA CGA MBA, chef de la direction financière, Me Geneviève Grégoire, directrice Affaires immobilières, Julie Ouellet, coordonnatrice Division Excavation, Me Franca Riso, vice-présidente, et Me Véronique Théorêt, directrice acquisitions et financement, toutes employées au sein de MONTONI

Le but de notre rencontre était d’en apprendre davantage sur le leadership féminin dans le secteur de la construction et plus particulièrement au sein de l’entreprise.

L’évolution de la place des femmes

Selon Statistique Canada, la place des femmes sur le marché du travail est en constante progression. Depuis le début des années 1990, elles représentent la majorité des étudiants sur les bancs d’universités et elles constituent presque la moitié de l’ensemble de la population sur le marché du travail. Lentement mais sûrement, elles prennent leur place sur les conseils d’administration des compagnies privées, des compagnies publiques, des organismes gouvernementaux et au sein des conseils des ministres. Les femmes avec lesquelles nous avons discuté sont toutefois d’avis que des préjugés demeurent et qu’il est primordial de les identifier ainsi que de les enrayer.

Selon la Commission de la construction du Québec, la situation est toutefois toute autre dans le milieu de la construction spécifiquement. Bien que le secteur ait connu une participation croissante des femmes au cours des dernières années, elles ne représentaient que 6,9 % des entrées de mains-d’œuvre en 2017.

Pourtant, les femmes ont énormément d’influence sur les habitudes de consommation. Le processus d’achat d’une maison ou le concept d’un bâtiment n’y font évidemment pas exception. D’après Nathalie Fillion : « Plus il y aura de femmes entrepreneures, plus les femmes voudront transiger avec d’autres femmes et seront portées à tisser des liens d’affaires durables avec ces dernières. »

Me Geneviève Grégoire, quant à elle, croit que la concentration féminine dans les postes de cadres ne fera qu’augmenter dans le futur. Elle souligne toutefois que la mixité hommes/femmes est idéale, puisqu’elle entraine une complémentarité plus intéressante, une vision plus complète des défis et des orientations d’une entreprise.

Encore du chemin à faire

Dans le domaine de la construction, certains postes sont à concentration principalement masculine, comme la gérance de projets, et la plupart des postes de nature administrative connaissent une plus grande concentration féminine. Les métiers tels que plombier, électricien, menuisier et journalier par exemple, sont également occupés en majorité par des hommes. Les femmes interrogées sur la question affirment que davantage d’incitatifs devraient être mis en place, notamment par le biais des syndicats et des programmes de subventions pour inciter les femmes à occuper des métiers non conventionnels et à prédominance masculine, comme ces métiers sont généralement mieux rémunérés.

Annie Cloutier, quant à elle, est d’avis qu’un plus grand nombre d’entreprises devraient mettre en place des mesures visant à faciliter la conciliation de la vie familiale et du travail, un élément essentiel selon elle pour enrayer toute inégalité.

Le leadership chez MONTONI

Pour Julie Ouellet, les possibilités d’avancement chez MONTONI sont les mêmes pour les femmes que pour les hommes. Au dire des femmes interrogées sur les valeurs de MONTONI en matière de leadership féminin, l’entreprise a compris que les femmes amenaient une approche différente et essentielle à une bonne gestion. Selon elles, cela permet à l’organisation de se différencier davantage de ses compétiteurs et de sortir des sentiers battus dans un domaine justement à prédominance masculine.

« Le fait que MONTONI respecte le travail et l’intelligence des femmes (on n’a qu’à regarder l’équipe de cadres) constitue un exemple inspirant pour l’ensemble des employés », mentionne Me Geneviève Grégoire.

Franca Riso souligne d’ailleurs en ce sens la reconnaissance des obligations parentales au sein de l’entreprise et les efforts qui sont faits dans le but d’accommoder les employés.

Lorsqu’interrogée sur le sujet, Me Véronique Théorêt ajoute : « Selon moi, il n’y a pas une vision particulière chez MONTONI pour le leadership féminin. Il y a une vision pour le leadership, sans distinction du sexe. Il y a de la place chez MONTONI pour toute personne démontrant du leadership et des capacités dans son domaine. Que l’on soit une femme ou un homme, on est encouragé à progresser et à se dépasser », conclue Me Véronique Théorêt.